La Semaine – Festival Classic Metz’ival

Un article émouvant qui décrit le quotidien de nos jours de répétitions, rue de Salis,  publié dans La Semaine ce jeudi :

Né au départ d’une complicité entre deux musiciens de l’Ensemble de l’Ill, le violoncelliste Timothée Bohr et l’altiste Aurélien Sauer, le Classic Metz’ival continue à se nourrir de cette même complicité entre un groupe de musiciens décomplexés et un public qui en redemande. Pour sa troisième édition il vous a proposé une première série de prestations autour de Debussy et bien d’autres le week-end dernier. Il s’apprête à présent à vous offrir quatre nouveaux rendez-vous à partir de ce jeudi. Musique Klezmzer, french touch cabaret, Argentine, swing et rock’nroll vous feront de l’œil sans complexe. Laissez-vous séduire. La vie est trop belle pour ne la jouer juste.

Depuis 10 jours, les murs et l’air de la rue de Salis à Metz résonnent d’accords et de rires. L’œil de ce doux cyclone musical a été localisé plus précisément ans le jardin d’Elisabeth Tritschler, espace fleuri sur lequel donne le petit bâtiment où sont situées les salles de ses cours de piano. Un garage, un escalier, d’autres espaces et tous les mystères ou secrets que peuvent avoir les maisons anciennes quand elles ont une âme. Plein d’images riches de symboles aux murs comme cette photo datant d’il y a presque 30 ans où l’on voit Rémi Tritschler, adjoint à la culture, accueillir aux côtés de Jean-Marie Rausch, Mistlav Rostropovitch pour l’inauguration de l’Arsenal.

Parcours brillant et médailles d’or

Le violoncelle ici est celui de Timothée Bohr, un des petits-fils de Rémi et Elisabeth. La voix que l’on entend par les portes ouvertes est celle de Claire Trouilloud. Le bon géant, qui se dépatouille pour déplacer sa harpe de répétitions en concerts, d’escaliers en coffres de voitures, est Guillaume Gravelin. Clément Marin, Alicia Girod Kusmeruk et Marion Hegenhauser sont les violons, Aurélien Sauer est à l’alto, Adam Starkie à la clarinette et Emiliano Gavito à la flûte. Des parcours brillants et des médailles d’or qui affûtent les doigts, le souffle ou la voix mais n’encombrent pas les esprits. C’est la convivialité qui fait résonner les rires et qui caractérise la démarche du festival faite d’instants ludiques et de répertoire varié.

JPJ

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s